Maîtriser l'art de la communication synchrone & asynchrone

3 min
Claudio Vandi
Claudio Vandi
Head of Content @ NUMA
AccÉder au replay

Choisir le bon canal en fonction des messages

Fixer le cadre

Créez des règles claires de communication en fonction de l’urgence et la complexité de vos messages. 

Aidez-vous de la matrice Urgence - Complexité pour choisir le canal adéquat :



Privilégier l’asynchrone 

Asynchrone : toute communication qui ne nécessite pas de connexion simultanée entre émetteur et récepteur.

1. Les avantages de l’asynchrone

Pour améliorer votre usage de l’asynchrone, capitalisez sur les alternatives au mail :

  • Le document partagé : pour un travail collaboratif ou bien pour lister les points à discuter lors d’une prochaine réunion
  • La description de l’événement sur Outlook : utilisez-la pour partager l’ordre du jour en amont
  • Le message Teams auquel on peut revenir plus tard
  • La note vocale ou enregistrement vidéo


2. Le coaching pour ancrer les règles

Pour faire vivre ces règles au sein de votre organisation, questionnez et recadrez vos collaborateurs sur : 

  • Le canal : “Trouve plutôt un moment pour qu’on en parle de vive voix stp?”
  • Le besoin : “Tu as besoin de moi ou c’est pour info ?”
  • L’urgence : “Je ne vois pas d’urgence, on en parle à notre prochain point.”

Améliorer la communication écrite de son équipe

1. Emetteurs : mettez-vous à la place du récepteur

Un mail doit répondre à 3 questions du récepteur pour être lu : 

  1. Pourquoi je dois l’ouvrir ?
  2. Est-ce que je m’en occupe maintenant ou plus tard (ça prend 5, 10 ou 20 minutes) ?
  3. Est-ce que j’ai les éléments essentiels (et seulement ceux-là) pour décider quoi faire (répondre, planifier une réponse, archiver)


2. Sur les messages écrits : coachez sans démotiver


Donnez un conseil

  • “Tu auras plus de chance d’être lu si…”
  • “Si tu veux que l’on te réponde avant une date précise, mets-la bien en avant.

Ne sanctionnez pas

  • “Ton message est impossible à lire”
  • “Tu m’as écrit un pavé”
  • “Tu peux faire plus court?”


Animer des moments synchrones de qualité

Notre retour d’expérience après 250 workshops, 500 heures de formation à distance et 2000 inscrits à la Remote Academy :


Tops

  • L’animateur a une vraie posture de leadership : introduit, implique, explique la raison de la réunion et conclut.
  • L’énergie ce n’est pas que de la forme : il faut en redoubler pour qu’elle passe à distance.
  • On peut être directif et engageant : distribuer la parole fonctionne mieux que de demander “des questions ?”
  • Créativité ne veut pas dire improvisation : plus on veut collaborer, plus on doit venir préparé

Flops

  • Lancement sans énergie, presque subi : “bon, on y va”
  • Pas d’exigence sur la préparation : “Vous n’avez pas lu le doc ? On va le voir ensemble”
  • Pas de prise en compte des participants et de leur envie de s’exprimer : micros, langage non verbal… 
  • Sur-interprétation du silence : “pas de questions, ok ce que je voulais dire...”
  • Séquence participative mal préparée : “il nous reste 10 minutes, des idées sur…?”
  • Conclusion sans énergie ni message

Merci à tous pour les super retours que nous avons reçu sur EasyRetro.

Si vous cherchez des alternatives à cet outil, vous pouvez également essayer Klaxoon ou Retrium.


Enfin, voici quelques blogs inspirants de FROG (Full Remote Organisations):

HELLO
READY TO GET STARTED?
GET IN TOUCH